Achat de chaussures : la crise rend-elle la mode futile ?

Alors qu’on ne sait même plus si on pourra souscrire un crédit pour acheter un appartement, on pense beaucoup moins séduction et stilletto. On voit moins pourquoi on aurait tant besoin de low boots ou de cuissardes en agneau glacé. En même temps, si on se transforme en fille perdue-cheveux gras-chaussures éculées, on se demande si on aura l’esprit de combat nécessaire pour vaincre l’adversité. La mode, remède anti-crise, ou folie de fille futile ?

 

  • Trois arguments pour attendre que l’orge passe :
  • Si comme moi vous lisez la presse régulièrement, vous êtes en train de virer dépressif. Tout achat de chaussure, qu’il y a quelques mois vous auriez catégorisé « banal », vous parait un achat compuslif, symptôme d’un début de démence maniaque. Du coup, vous restez chez vous.
  • Vous attendez Noël : crise ou pas crise, vous savez que Maman ou votre frère chéri, ou votre chéri d’amour… quelqu’un va se dévouer pour vous les offrir, ces super bottes à paillettes argent No Collection qui vous font envie. A 110 euros au lieu de 325, ils vous font un beau cadeau pour trois fois moins cher (Brandalley).
  • Vous économisez pour les soldes de Janvier. Spéculatrice va !

 

 

  • Trois arguments pour se faire plaisir quand même :
  • La récession, c’est pas vous qui l’alimenterez. Pas que vous soyez si solidaires vis à vis des industries, en fait vous pensez à vous. Vous faites un peu plus gaffe à votre budget, mais vous continuez de vivre : après tout, la crise était là avant que la presse en fasse ses titres de premières pages : question de regard. Prudente, pas maso, vous êtes à l’affût des bons plans (et vous lisez régulièrement notre blog). D’autant qu’à la rédaction, on peut vous dire que les commerçants ne sont pas fous : en ce moment, c’est la course aux belles ristournes, aux promotions… autant en profiter un peu.
  • Vous doutez que notre société consumériste chance radicalement de ton : dans la rue, les jolies filles continuent d’être bien habillées et chaussées avec goût. Vous prendrez soin de vos chaussures pour qu’elles durent plus longtemps, c’est tout.
  • L’habit ne fait pas le moine… mais dans n’importe quel métier où vous ne restez pas enfermée chez vous, votre image a un impact – et en général, si vous êtes chic, vous renvoyez une image de succès personnel favorable à vos affaires. Or, la façon la plus économique (au sens financier et au sens économie d’énergie) d’être élégante, ce sont les chaussures et les sacs à mains : quelques accessoires griffés (vous alternez de temps en temps) vous démarquent, même avec des habits passe-partout (alors que l’inverse est plus douteux).
Et vous, c’est quoi votre stratégie de modeuse ,face à la crise ? Parlez-en sur nos forums !

 

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here